AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 James Howlett

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité


MessageSujet: James Howlett    Lun 6 Juil - 18:25

James Howlett

   « Logan pour les amis, Wolverine pour les autres... »


   

   ۞ NOM : Howlett
   ۞ PRÉNOM(S) : James
   ۞ SURNOM : Logan, Wolverine
   ۞ NATURE : Mutant
   ۞ AGE : environ 120 ans
   ۞ NATIONALITÉ : canadienne
   ۞ MÉTIER : Texte ici
   ۞ GROUPE : X-Men
   ۞ NIVEAU : (le staff établira le niveau de compétence des mutants)
   ۞ AVATAR : Hugh Jackman

   

   

CARACTÈRE


Je suis James Howlett, j'ai un âge indéterminé mais probablement plus de 120 ans et je suis né dans les années 1880-1890 dans l'Alberta, un des états du Canada. Je suis sur les dents amoureusement/surtout que j'aime les femmes et que Jean est une femme et je suis professeur d'art ?... Comme n'importe qui, j'ai des passions, surtout la chasse, la moto, les trucs qui vont vite, les balades en solitaire ou bien accompagné et des choses que je déteste comme les gens qui font le contraire de ce qu'ils prônent, ou la même chose que ceux qu'ils combattent. J'vous promets, ça m'défrise les bacchantes! Je suis un mutant doté de capacités sensorielles surhumaines,d'une capacité de régénération et de guérison accélérées, ainsi que d'une paire de griffes rétractiles sur les membres supérieurs. Est-ce qu'on peut citer mon gros nœud rétractile dans les mutations ? ? et je suis un X-Men. Je suis particulièrement doué pour tout type de combat, notamment à l'arme blanche mais je me défends aussi avec des flingues et à mains nues (forcément)et je possède des armes blanches notamment des Katanas anciens mais également quelques fusils d'assauts, lance-rockets et lance-flammes, souvenirs de mon époque mercenaire. Ça peut toujours servir pour allumer mon cigare.             

J'ai le physique de ma mutation. Avec des griffes d'os en sommeil dans mon squelette, vous n'espériez tout de même pas qu'à l'âge adulte j'aie un physique de minet ou de top modèle, quand même ?  J'ai peut-être hérité du physique de mon père, un roturier qui servait d'homme à tout faire pour des bourgeois genre nouveaux nobles dont je porte le nom. C'était, de ce que j'ai pu retrouver dans les archives du comté d'Alberta, un homme simple, un peu bourru, qui avait fait du bûcheronnage avant d'arriver chez les Howlett et de séduire la femme du Maître. Je n'ai aucun souvenir de lui, et pas vraiment non plus de mon père adoptif et de ma mère, ni de mon demi frère qui est décédé très jeune. Mais il a bien fallu que quelqu'un me transmette le matériel génétique qui fait de moi un animal et c'est peut-être bien Thomas Logan, mon père biologique à qui j'ai emprunté mon nouveau nom. Doté d'une impressionnante tignasse qu'il vaut mieux renoncer à coiffer, je suis de taille relativement moyenne pour l'époque actuelle, mais il y a 150 ans, j'étais parmi les plus grands. La taille moyenne de l'Homme ne cesse d'augmenter lentement mais sûrement depuis l'après guerre. C'est ce qu'on appelle une mutation lente. A côte de cela, il y a les mutations fulgurantes, comme celle qui a fait sortir mes griffes. Mon père biologique a tué mon père adoptif sous mes yeux. Comme choc pour un gosse, ça se pose là. C'est ce jour là qu'elles sont sorties pour la première fois. C'est là que j'ai tué pour la première fois. Mon vrai père selon la génétique, mais un étranger selon mon cœur. A cette époque j'ignorais tout de cela et j'étais loin de ressembler à cet ivrogne. Enfant, j'étais même plutôt chétif. Ouais, je sais, on a du mal à y croire quand on voit ce que je suis devenu. Je ne sais pas si je ressentais déjà à cette époque, cette colère sourde qui gronde en moi, mais je suppose que oui. Inconsciemment, ma situation de bâtard devait  être porteuse de non dits et de tensions, de rejets et de mépris. La colère, c'est peut-être bien ce qui a provoqué l'éveil de ma mutation et fait de moi un tueur. Cette colère a sculpté mon corps et mes muscles, fait, aujourd'hui encore, briller ce regard que vous avez du mal à soutenir, a forgé cet esprit dont l'expression déterminée se lit sur un visage à la mâchoire carrée, un front obstiné, un nez droit et des lèvres au sourire très rare. La colère, c'est aussi ce qui m'a maintenu en vie dans toutes les situations, c'est ce qui fait que mon corps refuse obstinément de crever, se répare quoiqu'on lui inflige, quoique je lui inflige. La colère c'est ce qui m'a fait franchir la ligne bien des fois et perdre de vue la plus ténue notion de moralité. La colère, c'est ce qui fait la bête humaine que je suis, un monstre de 90 kg mesurant 1 m 80. La colère c'est ce qui m'a maintenu en vie malgré l'abomination que l'Arme X m'a fait subir en recouvrant mon squelette entier d'Adamantium.

Essayez de vivre avec toute cette colère en vous, ces souffrances infligées jour après jour par des individus manipulateurs, essayer de vivre dans le corps d'un mutant qu'on a convaincu par des conditionnements répétés qu'il ne pouvait être qu'un monstre bestial et une machine à tuer. Vous comprendrez pourquoi mon facteur guérisseur a aussi déclenché une sorte de garde fou qui efface mes souvenirs à chaque blessure  affective et corporelle. C'est le seul moyen qu'a trouvé mon esprit pour ne pas sombrer dans la démence la plus totale. Je l'ai tout de même frôlée plus d'une fois, certainement, mais je suis incapable de me souvenir précisément des circonstances autrement que par flashs très éprouvants et dans les cauchemars qui me tirent du sommeil hurlant et en sueur. Si on ajoute les multiples lavages de cerveau que j'ai subi des différentes organisations qui m'ont employé, on ne s'étonne plus des lacunes énormes qui jalonnent mes souvenirs et de ma difficulté à faire confiance à autre chose que mon instinct anima, le seul appui tangible qui ne m'aie jamais trahi. Je ne suis pas quelqu'un de stable et de fréquentable. J'ai du mal à vivre en société même si je tolère avec beaucoup d'efforts, de ma part et de la leur, les mutants du Manoir de Salem. Je sais qu'on me prend pour le bourrin de service mais je suis loin d'en être un et c'est bien ça qui fait le plus mal. Savoir qu'on vous prend pour un con et qu'on vous utilise. Voilà pourquoi quand j'ai un doute au sujet de quelqu'un, je l'efface rapidement de ma mémoire. Je ne suis pas un cadeau, je suis plutôt insociable. Avoir des amis ou plus, c'est très compliqué et douloureux pour moi. Ils finissent tous par mourir et souvent de mort violente, quelques fois même par ma faute. Même si ma mutation me condamne à oublier ces souffrances, elles s'ajoutent les unes après les autres dans mon inconscient et forgent l'être irascible que je suis. Finalement, il est moins effrayant pour moi de me battre et de haïr que d'aimer et de m'attacher. Le rapport de force, c'est le seul mode affectif que je connaisse. Et ça ne fait pas vraiment de moi un mec cool. Encore moins un gentil garçon, ni un gendre idéal, hein...




   
POUVOIRS
Niveau 1 : griffes en os seulement. Agilité au combat. Maniement des armes à feu et armes blanches.

Niveau 2 : squelette et griffes en adamantium + Sens hyper développés

Niveau 3 : Cicatrisation sur de simples blessures. Immunité totale aux poisons, drogues et autres toxines, résistance aux maladies.

Niveau 4 : Facteur auto-guérisseur entrainant un ralentissement du vieillissement + renforcement contre des blessures plus importantes. Force, souplesse, puissance accrue tel un animal. Sens encore plus précis et affutés (odorat, vision, ouïe). Il peut détecter la présence d’une personne, reconnaitre une odeur sur un objet bien précis.

Niveau 5 : Facteur auto-guérisseur plus puissant, laissant un Wolverine retrouver l’ensemble de ses capacités rapidement lors d’un combat.

Niveau 6 : Une résistance physique exceptionnelle qui lui permet de soutenir un effort pendant plusieurs jours sans ressentir de fatigue.

Niveau 7 : Indestructible, il est capable d’affronter les mutants de type Omega (comme l’entité Phénix, Apocalypse, Sinister, etc. …). Son facteur auto-guérisseur agit en quelques secondes  même sous le coup de blessures mortelles.





   
BIOGRAPHIE
J'aurais bien du mal à vous raconter ma vie... J'ai un gros contentieux avec ma mémoire, voyez-vous ... Mon histoire se perd à travers des décennies et débute dans la dernière du XIX° siècle. Une longue vie ... et pourtant j'ai moins de souvenirs qu'un gamin de 8 ans... Plusieurs vies successives plutôt, mais je n'ai que peu de réminiscence de chacune. C'est à la fois une bonne chose et une malédiction. Si je me fie aux cauchemars qui peuplent mes nuits, je ne survivrais peut-être pas à la révélation totale de mon passé. Je ne connais que ce que les bribes de documents retrouvés ont bien voulu me révéler, c'est à dire bien peu, ou que ce que les images qui me hantent dans mon sommeil essayent de me dévoiler. Je suis certain d'une chose. J'ai fait énormément de torts et de mal autour de moi. Peut-être même plus qu'on ne m'en a fait. Il faut dire que mon rapport à la douleur est assez différent de celui du commun des mortels. Ohh n'allez pas vous imaginer que je ne ressens rien lorsqu'on me coupe , me tire dessus , ou même quand je sors mes griffes. C'est une souffrance aussi violente que celle que vous pouvez ressentir, peut-être même pire puisque tous mes sens sont hyper développés. La différence avec vous, c'est que je ne ressens pas cette peur de la mort que vous associez à la souffrance.

Ce qui fait mal rapproche immanquablement votre corps du seuil fatidique où il lâchera à force de trop de souffrances, de trop de dommages... Chez moi cette peur a été annihilée puisque je sais que tout va se réparer. Ce qui ne se répare jamais, en revanche, c'est ce sentiment d'être de la chair à canon, un punchingball, un exutoire qu'on peut maltraiter indéfiniment. Ça mon corps, mes tripes l'ont bien imprimé et j'ai un rapport assez malsain à la douleur. Le sentiment d'être une sorte d'expérience sur pattes, mais aussi le martyre de moi-même, car j'ai tendance à aller au plus simple pour me sortir d'une impasse, quitte à maltraiter mon corps, plutôt que de chercher une solution moins douloureuse mais plus longue. Ça a beaucoup contribué à l'image de bourrin que je me suis forgé et qu'on m'a forgée.

Mais on se défend comme on peut, on construit des remparts contre ce qui fait mal. Finalement inviter la douleur à me prendre dans ses bras, c'est aussi avoir l'illusion que je la contrôle. Je choisis d'avoir mal. C'est tellement devenu mon quotidien que je pense qu'elle me manquerait, si elle venait à disparaître, comme une vieille connaissance qui ne répondrait plus à l'appel. Supporter la souffrance, c'est mon truc, m'en remettre, c'est ce que les autres attendent de moi. Alors je m'y suis habitué. Pourtant je sais bien que chaque fois qu'un nouveau supplice m'est infligé, c'est un peu du reste d'humanité en moi, qui meurt.

J'ai vécu plusieurs vies en une seule et longue existence, c'est ce que j'ai compris au fil de mes recherches dans lesquelles le Professeur Xavier m'a aidé. Je soupçonne qu'il en sait bien plus qu'il ne veut le dire. Peut-être pour me protéger, peut-être parce que cela l'arrange aussi. Ce que j'ai compris également, c'est que toutes ces vies, ces époques que j'ai vécues, j'étais un pion, un soldat, une marionnette manipulée par différentes personnes. C'est parfois encore un peu confus parce que les preuves ont été, pour la plupart, détruites parce qu'émanant de documents secrets, et que ma mémoire est part trop lacunaire, mais ce sentiment alimente ma colère et ma rage.

A une époque j'ai même probablement cherché à me venger et j'ai causé des dommages collatéraux très lourds. Des personnes que j'aimais sont mortes par ma faute. Il m'arrive aussi de laisser refluer la colère et c'est le désespoir qui prend sa place. Pour tout être désespéré la solution ultime, même si très discutable, c'est le suicide... Croyez bien que j'ai essayé quelques fois, ne serait-ce que pour arrêter d'être un instrument de mort entre les mains d'êtres malsains et détraqués. Vous imaginez bien le résultat de chaque tentative. Il doit bien y avoir un moyen de me faire crever, bon dieu! Croyez-moi, si je le trouve, j'éviterai bien de le divulguer, pas de peur qu'on s'en serve contre moi, mais plutôt qu'on m'en empêche le jour où cette putain de non vie sera devenue trop insupportable. A une époque il a dû être possible de me flinguer mais personne n'a eu le courage de me rendre ce service et probablement que j'ai pas eu les couilles non plus. Maintenant, je suis devenu pour ainsi dire indestructible, à cause de l'adamantium et de mon facteur de guérison, mais aussi de mon conditionnement et de mes capacités physiques et sensorielles hors du commun.

J'ai vécu plusieurs vies, oui, c'est ce que j'ai cru comprendre, mais toutes ces vies on me les a volées en obligeant mon esprit à les effacer parce qu'on en avait fait un enfer. Plusieurs vies, aucun souvenir sauf des visions de cauchemar. Ai-je jamais été heureux, ai-je jamais pleuré de joie ? Je ne sais pas, je ne me souviens pas. Je n'ai aucun souvenir heureux avant l'Institut, avant les X-Men, avant Jean. Je n'ai jamais eu aussi peur aussi. Peur de ce qui pourrait arriver. Je ne me suis jamais préoccupé de l'avenir avant de la connaître, que ce soit le mien ou celui des autres, j'ai toujours vécu le moment présent. Sans doute parce que je n'avais pas de passé, je n'arrivais pas à me projeter dans le futur.

Quand on n'a pas de passé et qu'on ne se voit pas d'avenir, la résonance du présent prend une importance phénoménale, envahit tout notre ressenti. Vivre l'instant présent le plus intensément possible... Je ne m'en suis jamais privé. Quand bien même c'était au détriment des gens qui m'entouraient. Je l'ai rencontrée ou plutôt je suis tombé dans ses filets quand je me suis réveillé à l'infirmerie du Manoir du Professeur Xavier. Il m'avait ramassé comme la fourrière embarque un chien errant possiblement enragé, à la fois pour préserver la population et le sauver de lui-même. Aujourd'hui encore, j'ignore ce qu'il a pu voir de bon méritant d'être sauvé chez moi. Je reste une bête sauvage, lupu sapiens oblige. Rien ne me fera devenir ce que je ne suis pas: un être humain. Mais j'ai appris aux côtés de ceux que je considère comme ma nouvelle famille. Je suis devenu fréquentable sur une courte durée. A l'époque, je n'étais qu'une brute écorchée vive. Quand je me suis retrouvé allongé sur la table d'examen, entre les mains de Jean, j'ai rapidement dû me rendre à l'évidence, j'étais plus fasciné que contrarié par ce toubib qui m'examinait sous toutes les coutures, et pourtant j'avais subi plus qu'il est acceptable, d'examens et de tests dans ma chienne de vie. La convoitise purement instinctive, puis le jeu de séduction et de joute verbale caustique furent rapidement notre mode de communication. Mais elle était avec Scott Summers avec lequel j'entretenais une franche inimitié. Ce mutant à la coupe brushing impeccable et aux lunettes de frimeur,tout mon opposé, en somme. Je m'étais fait une raison et résigné. Plutôt que d'avoir sous les yeux celle qui ne serait jamais que la femme d'un autre, j'ai préféré prendre le large.

Les événements en ont décidé autrement et je me suis retrouvé finalement contraint de rallier l'équipe des X-Men. C'était plus facile de me dire que je voulais juste l'aide de Xavier pour percer les secrets de mon passé que d'avouer que j'étais revenu pour elle en grande partie. Les événements tragiques se sont succédé, ne me laissant guère le temps de appesantir sur mes amours malheureuses. Ma vie perdit tout sens lorsqu'elle se sacrifia pour nous sauver à Alkali Lake. J'ai alors mesuré tout le mal que j'avais fait autour de moi en massacrant des personnes qui étaient certainement chères à d'autres, tout comme elle m'était chère. Sa résurrection aurait pu m'offrir l'espoir d'une seconde chance , mais elle n'était plus elle-même, supplantée par l'entité qui l'avait préservée : Phénix. Scott en fit apparemment aussi les frais puisqu'il semblait avoir été anéanti par la force sombre de ce spectre. Rien ne semblait d'ailleurs pouvoir le circonvenir. Xavier, je suis le seul à m'en souvenir, y a aussi laissé la vie. Mais toutes ces morts perpétrées par Jean sous l'emprise de cette aura, ont été effacées puisque appartenant à un autre espace temps qui n'a plus cours. Je suis le seul à me souvenir qu'elle a tué toutes ces personnes à Alcatraz, et que j'ai dû la mettre à mort... C'était ... dans une autre réalité ... ou dans un cauchemar... avant que je remonte dans le passé pour changer ce qui devait impérativement l'être. Revenir dans le nouveau présent fut plus que perturbant malgré le bonheur de retrouver certains êtres chers bien vivants. J'étais hanté par les visions de l'autre passé, celui où je la tuais... Bien sûr elle ne pouvait pas comprendre, ne connaissant que cette version positive. Il fallut du temps pour que je fasse taire mes peurs et que je m'accorde le droit de laisser libre cours à mes sentiments. Scott n'était plus un obstacle puisqu'elle avait préféré mettre un terme à leur relation. Il suffisait de regarder ce mec pour savoir qu'il n'était pas vraiment d'accord mais qu'elle ne lui avait guère laissé le choix. Logiquement, il devait penser que j'y étais pour quelque chose alors que je n'avais rien fait pour que cela arrive même si je ne pouvais nier une rivalité palpable et électrique entre nous. Petit à petit, avec patience, Jean m'apprivoisa. Enfin, nous nous apprivoisions mutuellement parce que nous avions tous deux à l'esprit ce qui sommeillait en elle et ce n'était pas sans générer des réticences de sa part pour se laisser approcher, bien que je sois, par mon vécu, bien placé pour savoir ce qu'elle pouvait ressentir lors de ses "transformations". J'avais failli la perdre tellement de fois... Je ne voulais plus perdre de temps en valses hésitations ...

Et juste quand je commençais à prendre conscience que ce pourrait être bien, si je m'accordais enfin le droit d'essayer d'avoir une vie à moi, si j'essayais de me libérer de tout ce passif, de tout ce vide qui m'étouffe, une espèce de type à l'essence indéfinissable, dont on ne connaissait pas la nature exacte, mais qui était certainement un mutant, faut pas se leurrer, déboula dans nos vies et répandit le chaos sur le monde civilisé connu. Pu*** mais il ne me connaissait pas, cette enflure ! J'allais lui tricoter les couilles en dentelles avec mes griffes, lui ! Si j'avais une chance, même infime, de vivre quelque années de bonheur avec Jean, c'était certainement pas cet Apocalypse de mes deux qui allait me la gâcher. J'étais déjà assez doué tout seul pour ça. Et puis, il était temps que j'arrive à dormir trois heures sans faire des rêves qui risquent de me faire embrocher mes colocataires, il était temps que je puisse me regarder dans la glace les rares fois où j'avais décidé de me raser, il était temps que je puisse accepter le regard que Jean posait sur moi. Il était temps de le mériter lorsque ses yeux me disaient que je était un mec bien. J'étais fatigué d'être un monstre et de me dégoûter moi-même.  

Alors si ce devait être mon dernier combat et si je devais y rester (ça, ça serait nouveau) je voulais qu'Apocalypse en ch**r avec moi, parce que cette fois j'avais trouvé une bonne raison de me battre jusqu'à la mort. Et tiens, comme la vie est étrange parfois, c'était la même raison qui me donne envie de vivre... Malheureusement, lorsque nous arrivâmes en Égypte, berceau de cette source de destruction, nous pûmes identifier la nature de cet être, le Marcheur Éternel, mais il déchaîna sur le monde sa fureur et ses pouvoirs destructeurs. Accessoirement, il nous mis la pâtée, nous contraignant à un repli en désordre vers New York. Un New York retranché dans une Amérique coupée en deux dont les villes tombaient les unes après les autres. Après avoir mis à feu et à sang l'Europe, l'Afrique, l'entité qui portait remarquablement son nom déferlait sur le Nouveau Monde. Une coalition bien plus élargie que celle accomplie durant la guerre contre les Chitauris prit forme. Mais il fallut concentrer toute la puissance des mutants et la canaliser en un faisceau unique pour défaire Apocalypse et ses hordes mortelles. Je crus une nouvelle fois perdre Jean lorsque sous l'effet de la puissance qui transitait en elle, le Phénix devint blanc. La seule chose que je pouvais faire était de lui transmettre ma capacité de régénération afin de l'aider à résister à la puissance qui la consumait. Après le déchainement de destruction et de violence absolue que le Monde avait enduré, le calme lugubre retomba. L'ennemi s'était volatilisé, les rares survivants furent capturés ou se terraient pour échapper aux représailles. Les X-Men et leurs alliés de tous bords pansaient leurs plaies et portaient le deuil des leurs. La Terre, l'Humanité et les êtres épris de justice et de liberté avaient passé très près de l'anéantissement. L'heure n'était pas au triomphe jubilatoire. Nous étions tous trop meurtris pour cela. Nous savions que le mal ne pouvait être totalement éradiqué pour la bonne raison qu'il pouvait trouver des racines en chacun de nous. Chaque décision que nous prenions recelait en elle un germe de mal ou un potentiel négatif. Même en voulant, en pensant œuvrer pour le bien, il y avait toujours un risque que le facteur imprévisible, la théorie du chaos, viennent pour tourner ça en catastrophe. Cela arriva aux Avengers avec Ultron, et cela pouvait aussi nous arriver tant étaient puissants les pouvoirs qui circulaient dans la communauté des Mutants et leurs intentions et états d'âmes parfois versatiles... Nous devions rester sur nos gardes... En permanence... Nous avions gagné l'énième bataille d'une Guerre qui ne prendrait jamais fin. J'étais prêt pour la suivante, prêt à me battre pour la seule véritable famille que j'aie jamais eu et pour elle. Et si accessoirement je me battais pour les Humains, ce n'était certainement pas parce qu'ils nous avaient tous à la bonne, loin de là. Je les défendrais parce que quelques uns d'entre eux le méritaient et surtout parce Jean et Xavier croyaient qu'il étaient possible de vivre avec eux... On pouvait toujours rêver... Je devais essayer, mais en gardant un œil ouvert...





   

   

   

۞ PRÉNOM OU PSEUDO : Matt
۞ VOTRE AGE : 35
۞ COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? Mystère
۞ MOTS DU REGLEMENT : Edit Hope : OK !
۞ PRÉSENCE SUR LE FORUM : quotidienne


Dernière édition par James Howlett le Lun 13 Juil - 23:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

X - WomanJX - WomanJ

Messages : 50

MessageSujet: Re: James Howlett    Lun 6 Juil - 22:51

Comme ça ... tu es jaloux d'un Dieu ?
Logan, tu ne devrais pas l'être. Tu sais bien que je t'attends avec impatience.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CivileAeCivileAe

Messages : 39

MessageSujet: Re: James Howlett    Lun 6 Juil - 23:06

Logan qui sort le bout de son nez ... de ses griffes ^^

Courage pour la suite de ta fiche Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: James Howlett    Lun 13 Juil - 23:31

Jean Grey a écrit:
Comme ça ... tu es jaloux d'un Dieu ?
Logan, tu ne devrais pas l'être. Tu sais bien que je t'attends avec impatience.

Moi jaloux ? Mais comment tu sais ça ? Avec impatience ? Encore pour me faire un bilan de santé ? Rolling Eyes

En tout cas j'ai fini je pense. Si vous voulez bien lire mon pavé docteur ...

Merci pour l'accueil Miss Jane... Comment va Blondie ?
Revenir en haut Aller en bas

X - WomanJX - WomanJ

Messages : 50

MessageSujet: Re: James Howlett    Mer 15 Juil - 17:22

James Howlett a écrit:
Encore pour me faire un bilan de santé ?

Il n'y a que de cette façon-là où je peux passer un peu de temps avec toi, sans que nous soyons dérangés et seuls.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

STAFFSTAFF

Messages : 147

MessageSujet: Re: James Howlett    Mer 15 Juil - 17:26


     
   

       


     

Quel plaisir de voir arriver Wolverine parmi nous  

Le forum de Marvel Next Génération s'ouvre à toi !

   Pour bien commencer le jeu, quelques rappels à ne pas oublier : (même si tu connais déjà tout cela Wink  )

    : allez signer le règlement ICI (si ce n'est pas déjà fait)

    : Merci à toi d'entretenir l'état d'harmonie et de faire de ce forum un lieu de convivialité rempli de bonne ambiance et d'aventures passionnantes

    : de compléter ton profil

    : de créer ta fiche de liens ICI

    : de créer ta fiche de rps ICI

    : le forum marche avec un système de points : les votes sur les tops sites et le flood te rapporteront des points et peut-être te permettre de figurer sur la PA parmi nos winners du mois. Il y a trois catégories en jeu : le meilleur rplayeur, le plus grand floodeur, le serial voteur !


   Très bon jeu à toi et au plaisir de te croiser en RP !
   Amuse-toi bien parmi nous !

   


     
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marvelnextgeneration.forumpro.fr


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: James Howlett    

Revenir en haut Aller en bas
 
James Howlett
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» James Howlett - I am Wolverine
» [Validé] ''We're not alone. We're together. Not just a team, but family.'' // James Howlett
» Le dernier des Mohicans (James Fenimore Cooper)
» James : toujours partant pour un spin-off sur Spike
» James Herriot : Toutes les créatures du Bon Dieu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel : The Next Generation ::  :: Identités :: • Fiches Validées :: • Les X - Men-